Quelques jours à Sydney

Publié le par Marc-o

Le boulot m'a envoyé à Sydney pour une journée de travail. J'ai profité de ce déplacement inespéré dans ce pays que je n'avais pas prévu de visiter pour faire un peu de tourisme.















Sydney, c'est un peu une ville américaine où l'on roulerait à gauche et où l'on mangerait des légumes. Ca tient tantôt de la Nouvelle Angleterre ( des batiments victoriens au milieu de grattes-ciels), tantôt de la Californie ( la plage, les surfeurs, le soleil, l'accent incompréhensible). Cerise sur le gâteau, la "Sydney touch" : l'opéra, la baie, le pont. Le samedi soir, en contrebat de l'Opéra, en face du pont, c'est un apéro géant.



En ce début de printemps de nombreux nouveaux gallois du sud passent leur dimanche à la plage. Les clichés sont là : buveurs de bières des antipodes, athlétes "cool" aux cheveux blonds et à la peau claire, plagistes surfeurs ou beach-volleyeurs. Le picnic on the beach en famille ou entre amis semble très populaire. J'en ai même vu qui jouaient aux boules, sur un délicat terrain de gazon au bord du Pacifique sud. Si j'en crois ma culture boulistique, cela tient plus du jeux de boule à la lyonnaise qu'à la pétanque marseillaise (grosses boules de bois, cochonnet très éloigné).

Un petit plaisir de voyageur : celui de pouvoir parler à quiconque dans la rue, comprendre et se faire comprendre sans trop de problèmes. La Bolivie et le Japon m'ont habitué à de gros problèmes de communication. Evidemment pour le français il faudra repasser. Quoique ... un marchand propose de gagner un cours de français pour l'achat d'une paire de chaussure de footing (sic). Le français, un atout auprès des filles, dit-il !

J'avais prévu un jour de congé ce lundi pour m'éloigner de Sydney, mais une réunion importante m'a obligé à "venir au bureau". Un éphémère bureau du boût du monde, à 22h de vol de la mère patrie. Les locaux sont baptisés du nom de grands navigateurs français en excursion dans le coin. Le mien s'appelle d'Entrecasteaux jadis envoyé à la recherche de La Pérouse subitement devenu avare en nouvelles. D'Entrecastaux n'en reviendra jamais. Pour ma part je n'ai eu qu'à brancher mon portable pour acceder à mes messages, comme depuis Paris, Hong Kong ou Tokyo.

J'anime une formation devant 15 personnes, dont un seul français. Ils sont très dociles et tolérants vis-a-vis de mon accent, mais ça se gatte quand ils me parlent. Ce qui frappe c'est la diversité des accents, car une partie des australiens sont de récents émigrés asiatiques. En dépit de l'accent, certains se ventent de rester fidéle au véritable english. Surement l'effet d'être encore sous la férule de la reine d'Angleterre. Au boulot aussi certains clichés ne sont pas immérités : à 17h tout le monde s'en va. Sont-ils donc tous partis à la plage ? Je comprend mieux pourquoi les places dans la branche australienne du groupe sont si courrues.

Avec tout ça je n'ai même pas eu le temps de profiter des soldes de Sydney. Ayant manqué celles de Paris puis de Tokyo, j'aurais trouvé ça plutôt élégant de faire les soldes à Sydney. Bon j'arrête là, on va croire que je me la raconte. Déjà que je me suis autocensuré en décidant de ne pas vous décrire les sensations exquises procurées par le voyage dans la bosse d'un 747, parmi les gens de la haute ...

Publié dans Hors sujet

Commenter cet article

Marco 26/09/2008 09:49

Oui seulement 4 jours ...

Oliv' 25/09/2008 23:46

blebleble...
pff.. tu crois nous impressionner avec tes tophs ;-) !
ben moi aussi je suis au soleil... a me dorer la pillule dans cette cage en verre de sous les toits Provencaux de manosque... qu est ce ca chauffe !! heureusment, le lac du soir est là pour y effectuer 3 ronds dans l eau et et Quelques tours de lac pour remettre les idees en place :-p

ta soeur 25/09/2008 21:52

pffff !

Juliette 25/09/2008 13:37

Super expérience! T'es resté combien de temps à Sydney, 3 jours?
En tout cas, ça fait du bien de lire un peu de voyage entre midi et deux dans ma tour d'amiante...