Installation - bientôt

Publié le par Marc-o

Bonjour,

Provisoirement logé dans un appart-hôtel, je me prépare à une installation "définitive", la semaine prochaine. Enfin pas tout à fait définitive. Je n'aurai pas encore ma carte d'"Alien" faisant de moi un résident japonais. Et puis mon container voguera alors encore entre Le Havre et Tokyo. A moins qu'il n'ai été piraté dans le détroit de Formose ou kidnappé contre rançon au large de l'Afrique

L'expatriation pour les nuls

Je ne suis pas mécontent qu'une agence spécialisée s'occupe de l'essentiel des démarches d'expatriation. Au début je me suis dit que c'était un peu dommage de se priver de la joie de négocier son bail directement avec un propriétaire japonais, probablement ni anglophone ni francophone. Là, c'est un peu "l'expatriation pour les nuls" : on est venu me chercher au bureau pour aller visiter des appartements, ouvrir un compte de téléphone mobile, un compte en banque, ... Il semble que mon généreux employeur n'accorde ce privilège que pour l'expatriation au Japon. J'ai croisé trois fois dans la même journée un collègue, lui aussi en ballade dans Tokyo tenu par la main par une japonaise professionnelle de l'expatriation. Chacun la sienne.

A la réflexion, simplement visiter des appartements aurait sûrement été un calvaire, ne serait-ce qu'à cause de l'obscur système d'adresse à la japonaise. Les professionnels de l'immobilier et les taxis eux-mêmes s'y perdent, alors moi ... Les rues au Japon n'ont en général pas de nom, mise a part les grandes avenues récentes. Les adresses font donc référence a un quartier de Tokyo, puis un bloc et un numéro de rue. Une métropole de 30 millions d'habitant, sans nom de rue. Avec un collègue japonais, nous cherchions un restaurant, il n'a pas réussi à trouver le lieu, même avec l'adresse et un plan. Il a fallu appeler, et on est venu nous chercher.

Et puis sans agence, négocier les closes du bail aurait sûrement été rock'n roll. Pour louer un appartement, il faut payer 1 mois de frais d’agence, le premier mois de loyer, 2 mois de caution et 2 mois de "cadeaux". Et mieux vaux avoir un japonais qui se porte caution. Là, l'agence d'expatriation a tout négocié, j'ai pu m'affranchir de ces spécifités japonaises et payer un loyer qui ressemble à un loyer européen.  J'ai même pu demander le droit d'attacher mon (futur) vélo à la grille.

Pour la remise des clefs, ils étaient cinq en tout, arrivés pile à l'heure. Ils se sont fait des courbettes les uns aux autres, avec des degrés d'inclinaisons variés probablement fort étudiés et lourds de signification , sans que je comprenne exactement le rôle de chacun ni pourquoi ils étaient là. Ils ont été charmant avec mon altesse. Ils ont eu la bonté de traduire toutes les touches des nombreuses télécommandes qui peuplent mon futur logement -5 au total - ainsi que les programmes de la machine à laver - qui évidemment ne correspondent pas du tout aux programmes d'une machine française, puisque le lavage est à froid.

Par contre, pour la folle journée chez Ikéa-Yokohama, j'ai du me débrouiller tout seul. Heureusement, il y avait un vrai suédois anglophone parmi le personnel, et pas mal de japonais plutôt calés et de bonne volonté. Prochain épisode : la réception de mes meubles. En espérant que les livreurs Ikéa trouvent l'adresse.

Mon quartier

En bonus pour mes fans, quelques photos de ma rue qui donc n'a pas de nom. Quartier de Nishi-Azabu, mairie de Minato-Ku avec au loin la tour Mori de Roppongi Hills. Le quartier trendy ultra-agité de Roppongi n'est qu'a 5 minutes à pied.

Une rue assez typique de Tokyo, dès qu'on prend la peine de s'éloigner des grandes artères : des petits bâtiments cubiques aux façades carrelées, posés les uns a côté des autres sans réelle cohérence. Une rue de village, calme, étroite, peu de circulation, sans vrai trottoir, et des cables électriques aériens en pelotte, façon métropole du tiers-monde. Quelques boutiques discrètes ça et là, une galerie d'art et des petits restaurants que rien n'indique. 

Ma maison, c'est celle avec un distributeur coca-cola devant :


 
L'un de mes voisins, assurément francophile,  a baptisé sa maison "Palais royal Nishi-Azabu" avec une plaque de rue de style parisien sur le mur :

 
Pour ceux que ça intéresse je peux aussi envoyer des photos de l'intérieur, avec ma machine à laver (sur demande, exclusivement).

Publié dans Tokyo

Commenter cet article

yannick 06/01/2009 18:17

oui oui oui!!!!ont veux toutes les photos!!!

titi 25/11/2008 15:14

super sympa!!!!
sens que tu vas me revoir souvent sur ton blog maintenant que j'ai retrouvé l'adresse!
et veux bien des photos de l'intéreiur!

sinon toujours ce style nickel dans tes posts, je trouve, la classe!

oliv 15/11/2008 01:37

evidemmentqu onvt les photos de la machine a laver.. ca se demande pas...etpuis destoilettes aussi...celles qui aspergent de l eau et celles avec le dessus de la cuvette qui tourne!

Sol. 12/11/2008 13:51

les photos! les photos! les photos!!