Beaujolais nouveau à Tokyo

Publié le par Marc-o

Vendredi c'était beaujolais nouveau au Back Office.

Le BO est un service singulier, une sorte de nid japonais dans une entreprise où tous les services mélangent des japonais, des français et d'autres nationalités - américains, allemands, brésiliens, ouzbekes, marocains, coréens ... Les équipes doivent manier les outils des marchés financiers japonais, qui sont tous en japonais. Et les BO d'en face - les clients - sont surtout japonais, donc ça tombe sous le sens de confier ces taches à des japonais. Et pourtant, la petite dégustation de beaujolais nouveau, c'était là et là seulement - ou alors je n'ai pas été invités aux autres.

L'événement du beaujolais nouveau est assez suivi à Tokyo : des bouteilles dans de nombreuses superettes et des stands dans les rues. La bouteille aéro-transportée commence à 2 000 yen tout de même (15€). La marque "France" a toujours autant de succès, et tant pis pour le CO2. 

Avant de festoyer, on attend que les inspecteurs du régulateur japonais actuellement à l'oeuvre chez nous quittent la pièce adjacente. "Ca aurait été irrespectueux de picoler en leur présence" m'indique-t-on, et assurément très mal vu. Des inspecteurs français sont aussi dans les parages, mais apparemment ça dérange moins.

Ils ont bien fait les choses, mes collègues japonais : camembert et toasts sur pain de campagne. Une seule vraie bouteille de beaujolais nouveau accompagnée par d'autres vins français ou chiliens issus de la réserve personnelle du chef. Evidemment ça ce termine avec quelques japonaises ivres - le service est essentiellement féminin, et dans ce pays elles n'hésitent pas à boire y compris dans un contexte professionel. 

Quelques photos prises avec mon téléphone, avec l'autorisation des intéréssées qui n'ont pas peur pour leur réputation.


L'ivresse aidant les langues se délient, et j'en prend pour mon grade. Seul intrus non-japonais, celles qui d'habitude se contentent de me saluer d'une discréte inclinaison de la tête me disent mes quatre vérités ou me sortent l'intégralité de leur vocabulaire français.  J'imagine que comme d'habitude lundi on aura oublié tout ça et on fera comme si rien ne s'était passé.

Le même jour le guide Michelin 2009 Tokyo est paru, sponsorisé par mon employeur. Pas moyen d'en obtenir un gratuit. De toute façon pour le moment ce n'est disponible qu'en japonais. Tokyo est depuis l'année dernière la ville au monde qui compte le plus d'étoiles Michelin, devant Paris et Londres. Il paraît que ça s'explique par le nombre de restaurant nettement supérieur à Paris, mais aussi par le fait qu'ici aussi on aime les plaisirs culinaires. Pour espérer profiter du restaurant japonais mono-étoilé près du boulot il vaut mieux arriver avant 11h30 pour avoir de la place ... Il faut dire que c'est vraiment délicieux et créatif pour seulement 1000 yen à midi. En outre le restaurant n'est prêt à recevoir qu'un nombre limité de clients. Même si des places assez se libèrent, il est inutile de revenir plus tard. il n'y a plus rien à servir.

Publié dans Tokyo

Commenter cet article

titi 25/11/2008 15:16

Suis d'accord avec simon, on veut des détails!!!!!!!!!!

Simon 24/11/2008 14:58

Y a d'autres choses qu'on s'imagine !
Dis moi, tes collègues, elles sont des costumes de manga de cachés dans leurs tiroirs, prêt à être sortie :o)

Marc-O 24/11/2008 14:54

Bah on a attendu que le marché sit fermé, quand-même. Faudrait peut-être que le précise, sinon on va s'imaginer des choses ;o)

Simon 24/11/2008 14:32

La crise financière s'explique mieux :o)
Je suis curieux de connaître les "elles me disent mes quatre vérités ou me sortent l'intégralité de leur vocabulaire français." qu'elles sont pu te sortir !