Un club de ski de randonnée à Tokyo

Publié le par Marc-o



Les japonais que je fréquente habituellement sont des spécialistes, attirés comme des mouches par les étrangers. Peut-être ont-ils vécu à l'étranger ou peut-être y pensent-ils. "Je ne suis pas une vraie japonaises" m'a-t-on dit un jour, "je parle anglais et je n'ai pas peur des étrangers".

Les japonais du club de ski de rando, eux n'avaient rien demandé. C'est l'etranger (moi) qui leur ai tombé dessus par surprise. Maintenant ils sont bien obligé de gérer le problème. Presque tous les clubs de sports de montagne de tokyo - une cinquantaine tout de même parlent de backcountry skiing ou de ski-mountaineering  - ayant leurs pages internet exclusivement en japonais, j'ai dû ruser. Sur chaque page j'ai repéré les liens vers les mails.

J'ai un jour reçu une réponse de Sakano-san. Longtemps nous avons échangé par mails. Il me posait moult questions sur moi, mon expérience de la montagne, etc ... ça tenait du casting. J'imaginais des consultations entre chacun de mes mails, des comités occultes, comme pour rentrer dans un club très fermé. Puis un jour j'ai reçu un mail en japonais du président du club, traduit par Sakano-san. J'étais accepté. Bienvenu, moyennant une condition cependant : apprendre le minimum de vocabulaire japonais afin de garantir la sécurité.  

Notre relation épistolaire pris fin un soir, nous avions rendez-vous devant le monument locomotive à vapeur de Shimbashi. Je devais le reconnaître à sa corde d'escalade. J'ai vu arriver un vieux bonhomme un peu voûté, de l'âge de mon père. Sur le moment ça m'a un peu inquiété. Depuis je l'ai vu descendre les flancs abrupts d'un volcan, zigzagant dans la poudreuse entre les arbres, et ça m'a rassuré. Alors que l'anglais des mails de Sakano-san était excellent, nettement plus subtil que le mien, à l'oral ce fut dur. Il ne me comprenait pas, et avait du mal à former ses phrases. Ce n'est pas la première fois que je rencontre cette dichotomie oral / écrit. D'ailleurs au boulot, j'ai desormais tendance à privilégier l'écrit avec mes collegues japonais. Mais je m'égare.

Au restaurant, il y a la un ingénieur en tremblement de terre qui construit des centrales nucléaires, un économiste de la Banque du Japon habitue des emissions de tele, un ingénieur chimiste, etc ... Certains ne sont plus tout jeunes, mais l'une reviens juste de séjour d'héliski au Canada et s'apprête à partir pour tenter la Haute-Route. L'un est spécialiste de la Norvége. Un troisième a fait le Mont-Blanc. Chacun défile sur la chaise à mes côtés m'expliquant ses exploits avec son maigre anglais. Quand c'est un eu technique, un schéma ou une carte improvisée sont rarement inutiles. Les alpes françaises sont omni-présentes. La revue du club s'appelle "La Neige" (en français et en romanji). Au Japon comme ailleurs pour un passionné de montagne, Chamonix c'est quand même quelquechose. 

La réunion préparatoire de la course fut celle de tout club de montagne. Preuve que j'étais le bienvenue, Sakano-san avait préparé un document en anglais où tout était expliqué. Ce document ne servira qu'à moi, évidemment. On vérifie que les arva fonctionnent, untel-san rappelle la courbure des lignes du champ magnétique émis par les balises, on présente la course, on organise les voitures... Au tableau tout était écrit en Kanji, Hiragana et Katakana. Touche d'exotisme, seul "Malco-san" (sic) émergeait en alphabet latin. Magnanime, je leur ai fait grâce de mon prénom en entier et de sa prononciation exacte.

La première sortie racontée dans le post suivant. Les photos de cette page en sont issues.





Publié dans Randonnée - montagne

Commenter cet article

Olivia 02/02/2009 23:01

Plein toi... nous c'est neige a paris....

Marc-o 30/01/2009 16:22

Merci pour votre passage.
Chui dégouté, ce we temps pourri ...

titi 30/01/2009 08:28

Oui il sait ménager le suspense notre Marco!

Olivia 28/01/2009 06:43

salut Marco!
Belles Histoires.. oserai-je demande quelques citations de passages de tes échanges écrits les plus fous!
:-)

tks,
Olivia

Sol 27/01/2009 18:29

Gasp!! Vais-je oser regarder la suite???