Randonnée, montagne

Jeudi 10 mars 4 10 /03 /Mars 10:00

Ohisashiburi Desu ! Tels les vieux habitués d'une taverne, le bien-nommé Fujimori-san nous souhaite la bienvenue dans son refuge. Ca faisait longtemps ! 6 mois tout au plus ... Il ne nous en veut même pas d'avoir, pour des raisons bassement pécuniaires, préféré la tente à son établissement l'été dernier. Le genre d'accueil qui fait plaisir après cinq heures d'une monté éprouvante (précédée par 2 heures de Superasuza 1 pris en gare de Shinjuku le matin même). Ca fait plaisir aussi de se sentir un peu chez soi, la haut à Akadake Tenbousou (2722m) le dernier refuge d'hiver avant l'Akadake. Et pour moi, au bout du monde, au Japon. (précédents passages ici et )

Présentant un peu cet accueil, nous avions ramené une boîte de foie gras directement importé de France. Riposte immédiate, puisque le soir au repas nous sommes les seuls à trouver de délicieuses tranches de jambon cru italien fraîchement coupées dans nos assiettes. Et aussi un verre de mousseux espagnol. L'occasion d'apprendre que lorsqu'il n'est pas là-haut reclus dans son refuge, Mr Fujimori fait du "trading" de jambons italiens et espagnols. En plus il a bon goût !

En cette saison la monté s'avère plus facile qu'en avril : la neige est fraîche et moins glacée, surtout dans les portions raides. En contrepartie les chaînes de l'été n'émergent pas de la neige. Nous enchaînons le soir même directement avec l'ascension du sommet pour profiter du coucher du soleil et de cette vue imprenable sur Fuji-san d'un coté, sur les Alpes du Sud et du Nord de l'autre !

Nous devions initialement passer par là pour Noël, puis mi-janvier, à chaque fois le temps ou quelques pépins physiques nous en ont empêché. En janvier beaucoup de refuges semblent ouverts, certains viennent y célébrer la nouvelle année, prendre un onsen par -12°C. L'occasion aussi de descendre quelques verres de saké, mais nous n'avions alors pu atteindre le sommet.

Le lendemain le vent est très fort et les nuages menaces. Seuls quelques téméraires tentent le sommet. A la descente on est bien content d'avoir (cette fois-ci) une corde et un équipement plus complet que lors de notre dernière tentative hivernale.

Le soir retour vers Tokyo, la mégalopole ultime, pour y fêter mon anniversaire puis le lendemain pour moi vers Hong Kong, mini-mégalopole d'un autre genre.

Plus de photo ici et comme d'habitude. 

 

 

 

Par Marc-o - Publié dans : Randonnée, montagne - Communauté : Voyages et culture Japonaise
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Vendredi 27 août 5 27 /08 /Août 22:43

Quelques photos d'Akadake, une montagne qui m'est chère. Alors que Tokyo suffoque, et se distrait en Kimono avec les feux d'artifices estivaux et les danses, nos retournons sur cette montagne déjà gravie l'hiver dernier (voir ). On y est un peu à la maison, le gardien du refuge nous reconnaît. Il ne nous en veux même pas, alors que nous avons préféré dormir sous tente et nous lever à 3h du matin pour venir admirer le lever du soleil sur Fuji, depuis l'arrête. Nous repartons avec une bouteille de mousseux et un gâteaux au thé vert en cadeaux, pour déguster au sommet.

http://lh3.ggpht.com/_TzuZFsILsLc/THO9eqRVYKI/AAAAAAAAKjA/JhrdTCbvdEg/s800/DSC_0309.jpg

http://lh4.ggpht.com/_TzuZFsILsLc/THO9eaoPCqI/AAAAAAAAKi8/LXdQNCht76k/s800/DSC_0294.jpg

 

L'un des deux refuges et le sommet :    

http://lh3.ggpht.com/_TzuZFsILsLc/THPAo5D8PuI/AAAAAAAAKkU/QJ5miNv7JAs/s800/DSC_0203.jpg

 

Une Kamochika, chamois local. Je dis chamois car c'est une chèvre sauvage et farouche qui gambade dans les montagnes, mais l'appaarence est tout de même assez éloignée.

http://lh4.ggpht.com/_TzuZFsILsLc/THO-bwK1ciI/AAAAAAAAKjg/kQBhZAiO5rA/s400/DSC_0683.jpg

 

Plus de photos ici et .

Par Marc-o - Publié dans : Randonnée, montagne - Communauté : Voyages et culture Japonaise
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mercredi 9 juin 3 09 /06 /Juin 13:00

Yariga-take (Yari ou 槍ヶ岳 , pour les intimes) c'est le "Cervin japonais" dont je vous ai deja parlé une fois precedente (ici). Certes l'ascencion depuis la base de la pyramide matterhornesque ne prend qu'une demi-heure, mais la montagne est tout de même la cinquième plus haute du japon (3 180m). Il faut y consacrer trois jours, trajet depuis la mégalopole ultime inclu. Et surtout elle fait partie de la liste, celle des 100 sommets les plus célèbres du japon (comme explique ici pour les anglophones).

 

Bref, tous les ingrédients pour un désastre montagnards à la japonaise sont reunis. Ainsi durant la golden week, il fallait patienter 3 heures pour escalader le cône final. La gendarmerie controllait les équipements. En general en été, il faut faire la queue plus d'une heure pour pouvoir gravir le cone finale ! Les trois refuges avoisinants proposent probablement plusieurs centaines de lits (cf photo). Le sommet a du être équipé par endroit d'échelles metalliques pour eviter la dégradation générée par une telle affluence. Il y a un parcours pour monter et un autre pour descendre. Je ne sais pas s'il y a alors des gars du parc national pour faire la circulation, mais ca ne m'etonnerais qu'a moitie.

 

 

Mais nous sommes bien seuls sur ces échelles. Quelle drôle d'idée d'aller s'aglutiner tous en même temps au même moment. Début juin ce n'est ni la saison de printemps ni la saison d'été. La saison des pluies n'a pas encore debute, elle commence mi-juin. Il n'y a donc pas un japonais à la ronde ! Tout juste quelques ours qui dit-on rodent autour du camp, tout juste éveillés de leur hibernation. Les refuges indiquent qu'il faut fermer les portes, à cause des singes et des ours, mais pour les ours on a rien vu.

 

J'exagère car on croise tout de même quelques skieurs de randonnées et surfeurs amateurs de belle pente (dont l'un fait la descente à moitié nu). Ils ont bien du courage car il faut porter le matériel de Kamikochi jusq'au camp à dos d'homme, il n'y a plus de neige. La descente ne doit pas être terrible sur cette neige tardive, transformée et plus très blanche.

      

 

 

D'autres photos ici.

Par Marc-o - Publié dans : Randonnée, montagne
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mercredi 26 mai 3 26 /05 /Mai 14:35

http://farm4.static.flickr.com/3342/4641279375_3c15c95e90_b.jpg

Je m'attendais au pire, bien qu'absente de mon lonely-planet-pour-touriste-non-japonais cette zone humide est déservie directement depuis la gare de Shinjuku par bus. Le site du parc national montre des embouteillages de touristes sur ces voies en bois construites pour éviter de dégrader le milieu. La densité de gîtes/refuges est d'ailleurs assez impressionnante.

http://farm4.static.flickr.com/3397/4641279219_785716347a_b.jpg

On vient ici à différentes périodes pour observer la floraison de diverses espèces de fleurs qui s'étalent jusqu'en août selon les espèces. Mais ce week end, il faut dire que le temps n'était pas de la partie. Nous étions bien seuls à lutter contre le vent au sommet, pieds dans la neige. La seule âme croisée est celle d'une Kamoshika ("chamois" japonais) probablement surprise de trouver là des humains par un tel temps. Les fleurs sont là, mais pas la lumière.

Les photographes japonais ne s'y sont pas trompé : seuls quelques trépieds encombrent les pontons de bois. Les photos exposées dans la maison du parc montre des traces de pas d'ours sur ces passerelles de bois même !

http://farm4.static.flickr.com/3344/4641888138_1fd4d02caa_b.jpg

 

http://farm5.static.flickr.com/4044/4641888286_1e20174cd4_b.jpg

Dimanche soir, retour à Tokyo la mégalopole ultime.

Par Marc-o - Publié dans : Randonnée, montagne - Communauté : Tokyo
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Vendredi 7 mai 5 07 /05 /Mai 13:54

(Photos prises avec un compact, faute de place dans le sac à dos.)

 

Les japonais aussi ont leurs ponts du mois de mai. J'avais un peu peur de l'affluence. De fait, en gare de Shinjuku les guides prennent en charge les groupes organises, donnent les instructions, définissent ce que j'imagine comme les règles collectives. L'on suit le drapeau du leader.

 

Malgre cela nous parvenons sans peine à trouver de la place dans le Super-Asuza jusqu'à Kamikochi via Matsumoto. Les éternels groupes sont bien eux aussi à Kamikochi, la porte d'entree des Alpes du Nord. Kamikochi du coup n'a plus rien à envier à la gare de Shinjuku. Il suffit de marcher pour que les "randonneuses" en mini-juppe-sac-Louis-Vuitton se rarefient et nous laissent entre hymalaistes amateurs surequipes. Il parait que le matin même la police vérifiait justement les équipements des candidats à l'ascension du "Japanese Matterhorn", le Yarigadake, pour filtrer les pas-serieux qui feraient mieux de s'abstenir.

 

Nous patrtons pour le Cho-Ga-Take, un sommet sans autre difficulté que la neige et la durée de l'ascension. Rien à voir avec Akadake de la semaine precedente donc. Du sommet pas de Fuji a contempler, mais toute la chaîne des Alpes du Nord. Superbes. Ces alpes du nord meritent bien leur nom.

 

Le reste, c'est un week end normal de montagne au Japon, le beau temps et l'affluence en plus. Un week end ou l'on est vebu autant pour la montagne que pour se regaler entre amis. Et tant pis pour le poids du sac. La fin d'une illusion sur les japonais aussi : le gardien du refuge ne vient pas nous demander de payer pour le camping. Comme on ne se signale pas non plus, on passe deux nuits de campings sans payer. Moi, j'ai la conscience tranquille : je n'ai fait que suivre le groupe, et en plus je suis franchouillard. Mais mes mes amis japonais, je n'aurais jamais cru !

 

 

 

 

Plus de photos ici.

 

Par Marc-o - Publié dans : Randonnée, montagne - Communauté : Voyages et culture Japonaise
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Liens

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Recherche

Présentation

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés